Et les pauvres trouvent le moyen de rigoler.

by Tom Bodlin

/
1.
02:12
2.
3.
4.
5.
05:26
6.
7.
8.

about

Enregistré et mixé par mes soins dans mon appartement pendant le mois de juillet 2015 à Nantes.

J'y chante et toute l'instrumentation a été faite au saxophone alto. Les parties rythmiques ont été soit enregistrées ou programmées selon les morceaux.

Clip "Absurde angoisse":
youtu.be/mIUCabI16qY

credits

released December 6, 2015

tags

license

all rights reserved

about

Tom Bodlin Nantes, France

Tom Bodlin depuis une dizaine d'années parcourt avec ses saxophones un univers à l’imaginaire débordant.
Cinq albums au compteur, tous à l’approche différente, ainsi qu’une dose intarissable de créativité amènent aujourd’hui cet artisan sonore à sortir des sentiers battus.
Ses performances live se concentrent désormais sur l'improvisation et l'exploration acoustique de son instrument.
... more

contact / help

Contact Tom Bodlin

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: Mes petites amoureuses. (Arthur Rimbaud)
Un hydrolat lacrymal lave
Les cieux vert-chou
Sous l'arbre tendronnier qui bave,
Vos caoutchoucs

Blancs de lunes particulières
Aux pialats ronds,
Entrechoquez vos genouillères,
Mes laiderons !

Nous nous aimions à cette époque,
Bleu laideron !
On mangeait des oeufs à la coque
Et du mouron !

Un soir, tu me sacras poète,
Blond laideron :
Descends ici, que je te fouette
En mon giron ;

J'ai dégueulé ta bandoline,
Noir laideron ;
Tu couperais ma mandoline
Au fil du front.

Pouah ! mes salives desséchées,
Roux laideron,
Infectent encor les tranchées
De ton sein rond !

Ô mes petites amoureuses,
Que je vous hais !
Plaquez de fouffes douloureuses
Vos tétons laids !

Piétinez mes vieilles terrines
De sentiment ;
- Hop donc ! soyez-moi ballerines
Pour un moment !...


Vos omoplates se déboîtent,
Ô mes amours !
Une étoile à vos reins qui boitent
Tournez vos tours !

Et c'est pourtant pour ces éclanches
Que j'ai rimé !
Je voudrais vous casser les hanches
D'avoir aimé !

Fade amas d'étoiles ratées,
Comblez les coins !
- Vous crèverez en Dieu, bâtées
D'ignobles soins !

Sous les lunes particulières
Aux pialats ronds,
Entrechoquez vos genouillères,
Mes laiderons !