Et les pauvres trouvent le moyen de rigoler.

by Tom Bodlin

/
1.
02:12
2.
3.
4.
5.
05:26
6.
7.
8.

about

Enregistré et mixé par mes soins dans mon appartement pendant le mois de juillet 2015 à Nantes.

J'y chante et toute l'instrumentation a été faite au saxophone alto. Les parties rythmiques ont été soit enregistrées ou programmées selon les morceaux.

Clip "Absurde angoisse":
youtu.be/mIUCabI16qY

credits

released December 6, 2015

tags

license

all rights reserved

feeds

feeds for this album, this artist

about

Tom Bodlin Nantes, France

Armé de ses saxophones, de sa voix, d'un kit de batterie embryonnaire et d'une pédale sampler, la musique de ce one-man- marching-band est le point de rencontre idéal entre la démesure burlesque de Tom Waits, la poésie errante de Moondog, le blues cuivré de Morphine et le spectre lointain de Sun Ra ou de Mingus ou Steve Reich. ... more

contact / help

Contact Tom Bodlin

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: Mes petites amoureuses. (Arthur Rimbaud)
Un hydrolat lacrymal lave
Les cieux vert-chou
Sous l'arbre tendronnier qui bave,
Vos caoutchoucs

Blancs de lunes particulières
Aux pialats ronds,
Entrechoquez vos genouillères,
Mes laiderons !

Nous nous aimions à cette époque,
Bleu laideron !
On mangeait des oeufs à la coque
Et du mouron !

Un soir, tu me sacras poète,
Blond laideron :
Descends ici, que je te fouette
En mon giron ;

J'ai dégueulé ta bandoline,
Noir laideron ;
Tu couperais ma mandoline
Au fil du front.

Pouah ! mes salives desséchées,
Roux laideron,
Infectent encor les tranchées
De ton sein rond !

Ô mes petites amoureuses,
Que je vous hais !
Plaquez de fouffes douloureuses
Vos tétons laids !

Piétinez mes vieilles terrines
De sentiment ;
- Hop donc ! soyez-moi ballerines
Pour un moment !...


Vos omoplates se déboîtent,
Ô mes amours !
Une étoile à vos reins qui boitent
Tournez vos tours !

Et c'est pourtant pour ces éclanches
Que j'ai rimé !
Je voudrais vous casser les hanches
D'avoir aimé !

Fade amas d'étoiles ratées,
Comblez les coins !
- Vous crèverez en Dieu, bâtées
D'ignobles soins !

Sous les lunes particulières
Aux pialats ronds,
Entrechoquez vos genouillères,
Mes laiderons !